7e Journées Épistémologie des Universités de Montpellier :
L’argumentation : une pratique multiforme ?

Mercredi 22 et jeudi 23 mai 2019
UM Faculté des Sciences, salle de cours SC-10.01 (campus Triolet bâtiment 10)
Place Eugène Bataillon, 34090 Montpellier — tram 1 Universités

Journées organisées conjointement par l’UM et l’UPVM3 | ouvertes à tous, accès libre
https://epistemologie.umontpellier.fr/journees_epist/

Cette rencontre sur deux demi-journées, organisée conjointement par l’UM et l’UPVM3, s’articulera autour de quatre conférences plénières invitées, un atelier de débat numérique en ligne, une table ronde, et des communications affichées (appel en cours).

Argument :
Lorsque l’on parle d’argumentation, il est courant de penser aux discours des politiciens ou des juristes, lesquels cherchent à convaincre leurs auditoires. Pourtant, l’argumentation se trouve également au cœur de nombreuses autres pratiques sociales, en particulier des pratiques scientifiques. Lorsqu’ils développent de nouveaux modèles ou de nouvelles théories, les chercheurs s’engagent dans un processus argumentatif de justification, d’évaluation et de critique des hypothèses avancées. Étudier l’argumentation en sciences revient alors à porter l’attention sur les processus de construction des connaissances plutôt que sur le statut des connaissances déjà stabilisées. Ces processus sont le lieu de l’articulation entre la théorie et l’expérience en sciences expérimentales, ou entre l’exploration de conjectures et la preuve en mathématiques. Ils sont également le lieu d’interactions sociales complexes se jouant sur le plan discursif. L’argumentation apparaît comme une pratique sociale transversale, qui se retrouve dans des domaines aussi variés que le droit, les sciences expérimentales, les mathématiques ou les sciences du langage. Certes, les contenus sur lesquels porte l’argumentation diffèrent d’un domaine à l’autre. Il en va de même pour les visées de l’argumentation. Au-delà de ces différences manifestes, peut-on identifier des disparités plus profondes qui conduiraient à parler de plusieurs « formes » d’argumentation ? À l’inverse, peut-on identifier des caractéristiques communes qui tendraient à nous faire voir l’argumentation comme un mode d’exercice universel de la pensée humaine ? Ces 7e Journées Épistémologie consacrées à l’argumentation entendent explorer ces questions dans une perspective comparatiste en croisant les regards épistémologiques portés sur l’argumentation dans une pluralité de domaines : en sciences du langage, en sciences expérimentales, en mathématiques et en droit. L’objectif est ainsi de mieux cerner les formes et les fonctions possibles de l’argumentation dans ces différents domaines.

Programme :

Mercredi 22 mai 2019 après-midi (13h45–18h)
13h45 – Accueil et ouverture
14h00 – Introduction aux Journées par Manuel Bächtold
14h20 – Conférence par Otto Pfersmann : Les quatre arguments juridiques et la nécessité de leur distinction
15h20 – Conférence par Catherine Allamel-Raffin : Images et argumentation : analyse d’un article en radioastronomie
16h20 – Pause-café et communications affichées
16h50 – Atelier : débat en ligne sciences-société via la plateforme AREN – introduction 15 min par K. de Checchi, C. Huet et G. Pallarès
18h00 – Fin de la session

Jeudi 23 mai 2019 matin (09h–13h)
09h00 – Conférence par Christian Plantin : La restructuration des études de l’argumentation
10h00 – Conférence par Nicolas Balacheff : L’argumentation mathématique, un concept nécessaire pour penser l’apprentissage de la démonstration
11h00 – Pause-café et communications affichées
11h20 – Restitution-synthèse de l’atelier par K. de Checchi, C. Huet et G. Pallarès, ouvrant sur la table ronde
11h20 – Table ronde avec les conférenciers invités, animée par Muriel Guedj
12h50 – Clôture (fin de la session à 13h)

N.B. Pour participer à l’atelier de débat en ligne, SVP apporter un ordinateur portable (ou tablette) avec connexion WiFi ou 4G (instructions de connexion sur place).