Pour l’année universitaire 2020-2021, 22 étudiants de la Faculté des Sciences bénéficient d’un statut en tant que sportifs de haut niveau.

Tout niveau confondu – de la Licence 1 au Master 2 -, ceux-ci sont spécialisés dans divers sports tels que le volleyball, la voile, le football, rugby, golf, secourisme, sport sous-marins, athlétisme, handball, triathlon.
De par leur statut et le contrat qu’ils ont établi avec notre Université, ils sont les dignes représentants de notre établissement lors des rencontres interuniversitaires.

Afin d’allier leurs études et les entrainements, les sportifs de hauts niveau, peuvent demander à leur scolarité l’aménagement de leur formation universitaire.
Ceci pour les examens, les cours et ou autres.

En raison du contexte sanitaire actuel, nous n’avons pu recueillir qu’un seul témoignage, celui de Manon qui partage ici son expérience personnelle

« Agée de 20 ans, je pratique depuis mes 8 ans le sauvetage sportif au sein du pôle France Sauvetage de Montpellier qui est rattaché au CREPS. J’ai été sélectionnée 3 fois en équipe de France. Mon objectif actuel est de me qualifier aux Jeux mondiaux de 2022.
Actuellement en licence 2 Écologie, biologie des organismes, je compte plus tard m’orienter vers un master en écologie et biologie marine. J’ai donc un double projet : sportif et scolaire.
Grâce aux aménagements pour sportif de haut-niveau, j’ai pu choisir de réaliser ma L2 en 2ans afin d’atteindre au mieux mes objectifs ce qui me permet donc de faire la moitié de mes UE cette année et l’autre moitié l’an prochain.

Mon quotidien :
Tous les matins, je me lève à 6h pour me rendre de 7 à 9h à l’entraînement (en piscine).  De retour chez moi j’assiste à mes cours en distanciel qui ont lieu de 9h30 à 12h30.  Je prends une pause de 2h pour manger, me reposer et m’occuper des impératifs.  Ensuite, je retourne à l’entraînement de 14h45 à 16h45.
À la fin de ce deuxième entrainement quotidien, je rentre à mon domicile et révise mes cours.  Deux fois par semaine, je rajoute un entraînement en salle de musculation de 19h à 20h30.
J’ai aussi une à deux séances de kinésithérapeute par semaine me permettant de récupérer et de réparer les petites douleurs ou les blessures si besoin.
Je pratique au total 22h de sport par semaine.  Ce rythme assez soutenu demande beaucoup de rigueur et d’organisation afin de ne pas s’épuiser tout au long de l’année.

Avec le contexte sanitaire, j’ai très peu de cours en présentiel. Les cours en distanciel, en particulier les vidéos enregistrées, me permettent de gérer mon temps autrement, et de travailler les cours au moment où je le souhaite dans la journée et sans être véritablement tenue par un horaire. Cela me convient mieux par rapport à mon quotidien relativement dense.

Malheureusement, les compétitions interuniversitaires sont annulées depuis que je suis arrivée à la fac. »